Le sucre est un élément clé de l’alimentation humaine. Or, la France est le 1er producteur mondial de sucre de betterave (betterave sucrière). Mais il existe d’autres types de betteraves : la betterave fourragère (alimentation animale) et la betterave potagère (alimentation humaine). La France exporte 40% de sa production. Pour rester leader sur ce marché, il est capital de donner aux agriculteurs les moyens de rester performants. 

Les maladies de la betterave

L'oïdium

L’oïdium est la maladie foliaire principale chez les betteraves. Favorisé par une alternance de journées chaudes et de nuits fraîches, l’oïdium peut se développer dès juillet et jusqu’à la récolte. Un feutrage blanc poudreux à la surface des feuilles est caractéristique de la maladie. L’oïdium est responsable de pertes de rendements en racines jusque 15% de la récolte. La teneur en sucre et la qualité industrielle peuvent être également affectées. 

La cercosporiose

La cercosporiose peut provoquer de lourds dégâts dans la culture de betterave vu son développement rapide. La maladie se développe par temps chauds et humides, dès juillet. La maladie se signale par des taches grisâtres arrondies et bordées d’un liseré rouge ou brun. En conditions humides, de petits points noirs se et un feutrage gris développent au centre de la tache. La maladie se distingue de la ramulariose par des contours plus nets et plus foncés des taches. La cercosporiose provoque le dessèchement des feuilles en conditions favorables et peut entrainer des pertes jusque 30%. Le rendement en racines, la teneur en sucre et la qualité industrielle de la betterave peuvent être également diminués.

La rouille

La rouille peut se développer de juillet à septembre et contaminée l’ensemble de la culture. Maladie peu préjudiciable, elle se présente sous forme de pustules orangées entourées d’un halo jaunâtre observables sur les feuilles. La maladie provoque peu à peu le dessèchement des feuilles et les pertes peuvent atteindre jusque 10% de la récolte.

La ramulariose

La ramulariose est une maladie qui se développe d’août à octobre en conditions de températures basses et par temps humide. Des taches de couleur gris brunâtre cernées d’un liseré plus sombre (brun foncé) sont synonymes de contaminations par la maladie.  Elle se distingue de la cylindrosporiose par des ponctuations blanches au centre de la tache et des contours plus irréguliers. La maladie peut entraîner des pertes de rendements jusque 15% dans les cas les plus graves. 

Les adventices de la betterave

Prochainement en ligne

Les ravageurs de la betterave

Les limaces

limacegrise

limacenoire

  Les limaces grises et noires sont des gastéropodes nocturnes qui peuvent être à l’origine d’importants dégâts sur la culture de colza. La limace grise se différencie de la limace noire par sa teinte gris beige plus ou moins taché. La jeune limace est de teinte rouge violacée. La limace noire adulte est comme son nom l’indique de couleur noir et la jeune limace gris bleuâtre. Les limaces grises vivent dans les premiers centimètres du sol et les limaces noires dans le sol. La limace noire est plus petite que la limace grise. Le mucus déposé par les limaces peut être également un élément de différenciation entre les deux espèces. Le mucus de la limace grise est blanc laiteux et très abondant contrairement au mucus incolore de la limace noire. 

Les limaces s’attaquent aux jeunes plantules. Elles dévorent les feuilles endommageant ainsi la culture mise en place et pouvant causer sa disparition. Un climat pluvieux et doux à favorise l’expansion des limaces dans les cultures à l’automne et au printemps. 

Les pucerons

Les pucerons sont des insectes de l’ordre des hémiptères qui apparaissent dès le printemps. Polyphages, les pucerons s’attaquent aux feuilles des plants de betteraves, qui ensuite, s’enroulent sur elles-mêmes. Cependant, les pucerons sont plus préjudiciables pour la culture puisqu’ils sont vecteurs de la jaunisse virale. La jaunisse virale est le principal virus observé sur betteraves. Elle peut causer d’importantes pertes de rendements en racine et en sucre.

Il est conseillé d’intervenir dès l’apparition des premiers pucerons et le stade 2 feuilles du colza, stade où la plante est sensible aux attaques de pucerons. 

Le taupin

Le taupin est un insecte de l’ordre des coléoptères. L’adulte n’est pas préjudiciable pour la culture mais c’est la larve qui peut causer d’importants dégâts. Présente dans les sols humides, la larve polyphage cesse son activité en été et en hiver. La larve est de teinte jaune paille et assez raide. Le stade larvaire dure 4 ans. La larve de taupin s’attaque aux racines des jeunes plantules, ce qui peut causer le dessèchement et la destruction des plants. Leurs attaques sont moins préjudiciables sur des plants plus développés. Les larves creusent des galeries superficielles à proximité du collet. 

Les atomaires

Les atomaires sont des insectes de l’ordre des coléoptères. Les adultes sont très nuisibles pour la culture de betteraves et apparaissent dès le printemps. Ils sont reconnaissables par leur couleur brune rougeâtre à brune foncée, leurs fines soies sur leur dorsale et leurs pattes jaunâtres. Ils attaquent les parties aériennes et souterraines des betteraves causant leur destruction, ce qui peut provoquer des pertes de rendements. Les atomaires sont présents dans le sol en conditions sèches et refont surface quand l’humidité est élevée (pluies, orages). Les plants de betteraves sont sensibles dès le stade 1 à 2 feuilles. 

Nos solutions pour la betterave

Arysta LifeScience vous propose ses solutions pour protéger au mieux vos cultures et vous assurer qualité et rendement.